. .

 | 
 

 II- Interception des malocclusions dans les cas de

         
Admin
Admin
avatar

: 159
: 45
: 19/10/2007


:

: II- Interception des malocclusions dans les cas de    1 - 19:40

II- Interception des malocclusions dans les cas de cl II dangle :
La cl II dangle est caractris par une arcade infrieure en relation distale par rapport larcade suprieure. Par rapport la normal, toutes les dents infrieures sont en occlusion distale, do la largeur dune demi-cuspide et provoquent une dysharmonie trs marque dans la rgion incisive. La division 1 se caractrise par plus ou moins dtroitesse de larcade suprieur avec alignement et vestibulo-version des incisives. La division 2 se caractrise par une Linguoversion des incisives suprieures avec supraclusion.
La cl II est donc constitu par les anomalies du sens antropostrieur, ce dcalage sagittal peut tre associ une croissance verticale, moyenne ou horizontale.
La dcision de pratiquer un traitement interceptif dpend de diffrents lments du diagnostic morphologique et tiologique ; leur tude systmatique est une des conditions essentielles de la russite dun traitement interceptif.
1/ Facteurs de slection des cas dinterception :
1-1/Recherche de ltiologie: comme la plus part des dysmorphoses squelettique, on peut distinguer schmatiquement deux types de facteurs tiologique pour les dysmorphoses de cl II :
Ø gntique ou primaire : un dcalage des bases squelettiques existe naturellement la naissance, avec les annes, la croissance de la mandibule parcequelle est plus intense, corrige spontanment le dcalage des bases osseuses. Si un excs de croissance maxillaire ou un dfaut de croissance mandibulaire sont gntiquement programms, le dcalage original ne se corrigera pas spontanment et la cl II persistera. Il en est de mme quand un obstacle sinterpose entre les arcades et empche ce rattrapage naturel.
Ø Secondaire :un traitement interceptif peut tre indiqu et donc remplir son rle parfaitement.
DONC, il est capital de distingueravanttoute dcision thrapeutique ces deux tiologies. En effet il est tout fait contre indiqu de tenter une interception dans un cas de cl II gntique vraie, dans ces cas le traitement sera vou lchec ou la rcidive, car le potentiel de croissance nexiste pas, la correction du dcalage, objectif essentiel de linterception ne pourra pas se raliser et se peut que lon puisse obtenir pendant le port de lappareil une amlioration des rapport sagittaux, mais la rcidive apparatra ds sa suppression.
1-2/ Recherche de la direction de la croissance : la direction de croissance fait partie, elle aussi des facteurs dcisionnels des traitements interceptif .sil est vident que la quantit de croissance est le facteur essentiel, la direction gnrale de la croissance doit tre tudie avec soin. Une croissance en direction horizontale ou antrieure sera beaucoup plus favorable au traitement quune croissance en direction vertical.
Les cas e cl II associ une hyperdivergence squelettique vraie, ne doivent jamais faire lobjet dun traitement dinterception. Il sagit dune contre indication majeure linterception des cas de cl II. En revanche ces mme cas de Cl II associ une hypodivergence, sont des cas de choix pour ce type de traitement.
Cependant un cas particulier doit attirer notre attention : les pseudo-hyperdivergents. Ceux-ci ne sont pas des hyperdivergents anatomiques ou morphologiques, mais plutt des hyperdivergents fonctionnelles, dans ce cas seule la position de la mandibule est affecte. On trouve habituellement ces cas chez les suceurs de doigts. Ces cas ont une rponse trs favorable linterception.
2/Les traitements interceptifs :
2-1/ les objectifs et principes de ces traitements :
Linterception a pour but la correction du dcalage squelettique sagittal par action sur la croissance des mchoires, que la cl II soit dorigine mandibulaire, dorigine maxillaire ou une association des deux. Loption essentielle du traitement interceptif est lobtention le plus tt possible dune cl I squelettique par effet orthopdique, dans lespoir dun rsultat fonctionnellement et esthtiquement plus quilibre. Cette action prcoce sur la croissance, accompagne ou prcd dun traitement tiologique, permet de profiter du potentiel de croissance non exprim de ces cas. La correction le plus prcocement possible, des perturbations du comportement neuro-musculaire ainsi que lamlioration de lenvironnement architecturale bien avant la fin de la croissance, permettent grce aux intenses facults dadaptation lis cette priode daugmenter les chances de stabilit de rsultat qu on peut obtenir.
La correction du dcalage sagittal doit tre ralis par freinage de la croissance du maxillaire. Stimulation de la croissance mandibulaire ou les deux associes.
2-2/ les moyens :ils sont essentiellement reprsents par les appareils qui ont un effet orthopdique sur les mchoires :
- les forces extra-orales.
- les activateurs.
- lassociation des deux.
Les forces extra-orales: sont particulirement indiquspour les traitements interceptifs pour les cas de cl II dorigine maxillaire, prsentants les caractristiques suivantes :
- tiologie secondaire.
- Hypodivergence.
- Pseudohyperdivergence.
- Obliquit en haut et en avant du plan palatin.
Ces forces ont une action de distalage des dents, elles freinent la croissance sagittale du maxillaire, ainsi que sa croissance vertical au niveau postrieur provoquant sa bascule en avant et en bas.
Les activateurs :sont indiqus dans les traitements interceptif des dysmorphoses de cl II prsentants les caractristiques dfinies prcdemment et dont lorigine se situe la mandibule, ils sont galement indiqus dans les cas ou la cl II une origine la fois mandibulaire et maxillaire.
Leurs effets biologiques sinscrivent dans :
- la rduction du dcalage squelettique sagittal par freinage de la croissance du maxillaire et une lbration de la croissance de la mandibule ;
- La bascule en avant et en bas du complexe maxillaire ;
- Le contrle de la direction de croissance dans les cas moyen ;
- Louverture de langle goniaque ;
- Le mouvement distal de larcade dentaire maxillaire ;
- Mouvement msiale de larcade dentaire mandibulaire ;
- Le contrle de lruption vertical des dents ;
Activateurs etforces extra-orales associs : ladjonction dune force extra-orales traction haute avec les branches de larc interne noyes dans la rsine de lactivateur, renforcera laction de ce dernier, si une traction plus importante au maxillaire est souhaite.
Lintrt dajouter une traction extra-orale rside galement dans les possibilits de contrle de lorientation du plan palatin.
En effet ; en fonction de la longueur et de lorientation des branches externes, la bascule en avant et en bas du plan palatin quasi systmatique avec les activateurs conventionnelle, pourra tre vit ; ceci est indiqu dans les cas o la cl II est associe une supraclusion incisive qui se trouverait aggrave par la bascule non contrl du plan palatin
En revanche dans le cas o la cl II est associ une bance incisive avec une orientation du plan palatin en avant et en haut, la longueur et lorientation des branches externes devront au contraire provoquer une bascule inverse du plan palatin, facilitant la correction de cette infraclusion.
III- Interception des malocclusions dans les cas de cl III dangle :
La cl III regroupe toue les cas de rtrognathie maxillaire et les cas de prognathie mandibulaire, aussi bien anatomique que fonctionnel. Dans la plus part des cas les incisives infrieurs sont en vestibuloclusion et sont souvent inclines lingualement.
Ltude de la mandibule au repos et de son chemin de fermeture, de la position de la RC celle de lICM, permet de poser le diagnostic de proglissement mandibulaire dans lequel, anatomiquement, il n y a pas de dformation osseuse. On observe un glissement vers lavant par contact cuspidien (ou des bords incisives) qui va faire dvier la mandibule dans une position lui vitant tout contact traumatisant.
Sil parait difficile dintervenir efficacement dans les cl III hrditaire, il possible damliorer les cas fonctionnels. Il est donc primordial de faire la diffrence entre anomalies fonctionnelles et anomalies fixes (hrditaire) pour envisager efficacement une thrapeutique interceptive.
Linterception :
A/ le proglissement mandibulaire :
1/ diagnostic :
Lexamen clinique du profil montre un profil concave, avec un menton et une lvre infrieure dports en avant. Ces signes diminuent en position de repos.
Lexamen du chemin de fermeture montre une rotation de la mandibule, suivi dun mouvement de translation qui se produit partir du premier contact.
Lexamen des meulages en occlusion met en vidence les incisives en bout bout ou en articul invers et des rapports molaires exagrs (cl III).
Lexamen de la tlradiographie de profil et des analyses cphalomtriques montre que :
- langle de convexit (AC) est diminu ou ngatif ;
- en ICM, langle facial (AF) est augment ;
- en position de repos, les valeurs sont normales.
Le diagnostic tiologique peut prsenter plusieurs facteurs car le proglissement est une anomalies fonctionnelles du chemin de fermeture qui peut tre due :
- la chute prmature dincisives de lait suprieures ;
- la linguoversion dincisives suprieures ;
- lruption prcoce dincisives infrieures ;
- des contacts prmaturs au niveau des canines, molaires de lait ;
- on signale des cas de mimique chez le nourrisson ;
- lhypertrophie amygdalienne qui oblige lenfant proglisser pour dgager le carrefour aoropharyng.
Le pronostic est favorable, surtout chez le jeune.
:
    
    http://metlili.mam9.com
 
II- Interception des malocclusions dans les cas de
          
1 1
 
-
»  Erreur dans l'adresse
» 
» 
» La Ficelle, Guy de Maupassant
» Les rapports entre la publicit et lart

:
 ::  -